La vie d’une auteure

3 décembre 2019
Mélissa Breton-Guertin

La vie d’une d’auteure, qu’est-ce que c’est ?
 
Pour commencer, vous devez savoir qu’il faut passer par plusieurs chemins difficiles pour devenir auteur. Nous ne s’avons pas tout en commençant. Par exemple, lorsque j’ai sortis mon premier roman, je ne m’imaginais pas que j’aurais plusieurs formulaires à remplir et des coûts à débourser. Je me dis aujourd’hui que c’est un mal pour un bien, car je suis mieux préparé pour les prochaines fois. Certaines personnes pensent qu’il suffit d’écrire et puis le tour est joué, mais ce n’est pas si facile. Nous devons écrire notre roman, page par page. Parfois les idées fusionnent et d’autres fois tu t’assois un matin dans l’espoir de pouvoir continuer l’ouvrage de ton livre et tu te rends compte que c’est le Black out total. Tu as beau essayer d’écrire quoi que ce soit, tu vas toujours trouver que tes idées sont nulles ou tu n’auras plus d’idées au contraire. Lorsque je ne sais plus quoi écrire et que je suis toujours tenté d’effacer et de recommencer sans obtenir de meilleurs résultats par la suite, je prends une pause de quelques jours et l’inspiration me revient un peu plus tard.

 

Livre avec rose

Après avoir terminé l’écriture, nous devons le corriger soi-même ou payer quelqu’un pour le faire, mettre en page sont roman, trouver une compagnie d’impression qui ne chargera pas trop cher, aller télécharger son numéro d’ISBN et aller acheter ses droits d’auteurs. Je que je trouve le plus difficile par dessus tout, c’est de devoir faire ma publicité moi-même. Ce n’est pas tout le monde qui doit faire sa publicité seule, cela dépend si vous êtes avec une maison d’édition ou non. Chaque fois que j’écris je pense à mes lecteurs, car j’ai parfois peur d’en décevoir certains et qu’ils regrettent d’avoir acheter mon livre. Je me pose souvent la question suivante : -Est-ce que mes lecteurs vont aimer ? C’est un peu normal de se sentir comme cela. Satisfaire notre clientèle, c’est ça notre plus grand désir, non !

Par contre, il n’y a pas que des désavantages. Pouvoir exercer son talent dans l’écriture et étendre ses pensées sur papier est le meilleur sentiment qu’un auteur peut ressentir. Parfois, je vais à l’épicerie ou dans les magasins et je croise certains de mes lecteurs. Souvent, ils me saluent et me donnent leur appréciation sur mes livres. J’aime voir le sourire des gens apparaître sur leur visage lorsqu’ils me parlent de mes romans. J’ai toujours l’impression d’avoir comblé leurs attentes. À date, je n’ai pas vraiment eu de mauvais commentaires à propos de mes deux romans Passé douloureux et Un pas vers le futur. Je suis très fière de les avoir sortis et je compte en publier plusieurs autres par la suite. Depuis que je suis auteure, j’ai l’impression de m’être créé une petite communauté qui me suit et attend avec impatience que mes prochaines idées de roman.
 
 Si jamais vous aimeriez vous aussi écrire un livre et que vous ne savez pas par où commencer. Pas de stress ! Vous pouvez venir discuter avec moi et il me fera un grand plaisir de vous donner un coup de main. 

 

 
 

1 réflexion au sujet de “La vie d’une auteure”

  1. Ping : Halloween ⋆ Mélissa Breton Guertin

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Image d'Halloween

Halloween

Ahhh l’Halloween, la fête des sorcières, des fantômes, des monstres et des vampires. Que c’est plaisant de voir tous ces jeunes enfants marcher de maisons en maisons pour aller récolter toutes sortes de sucreries à se mettre sous la dent.

En lire davantage »

La rentrée des classes

Bonjour chers lecteurs/trices. Et si aujourd’hui ont parlait de la rentrée des classes.

Certains ont hâte de revoir leurs amis, d’autres angoissent à l’idée de devoir recommencer une autre année entouré de ces centaines de visages qui semblent tous aussi inconnus les uns des autres.

En lire davantage »

La vie en ville vs la vie en campagne

Depuis que j’étais toute jeune, j’ai toujours habité en campagne. Je me souviens q’en maternelle, j’habitais dans le petit village de Tascherau et l’été d’après nous avons déménagés à Ste-Germaine. Donc, depuis ce temps, je vivais en campagne.

En lire davantage »